http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/6/6/8/9782070395866.jpg

 

Quatrième de couverture


Quand un dirigeable porteur d'une précieuse cargaison clandestine s'échoue dans l'écryme, c'est Louise Kechelev, avocate-duelliste et fille de révolutionnaires praguois, qui est chargée de récupérer la cargaison... Mais que s'est-il passé exactement à bord du Lysandër ? Dans la même zone, un régiment de hussards en mission de reconnaissance a été décimé par une mystérieuse crise de folie. Seul survivant, le commandant Léon Radurin doit fuir les foudres de la Propagande. Pour Louise et Léon, c'est le début d'un voyage sans retour aux confins des traverses, où se murmure le nom d'une cité perdue : Bohème.

 

Ma note @@

 

Mon avis


Ce livre est classé dans la catégorie steampunk et j'avais envie de découvrir des oeuvres de cde style depuis un bon moment. Pour ceux qui ne voient pas bien ce que c'est, je vous livre la définition wikipédia  :

"Le steampunk est au départ un genre littéraire. C'est à l'origine un sous-genre de la science-fiction uchronique, dont l'intitulé a été forgé par allusion au cyberpunk par l'auteur K.W. Jeter à titre de boutade. Pour cette raison, il est parfois plus approprié de parler de « rétrofuturisme » pour désigner le mouvement. L'expression steampunk, qui signifie littéralement punk à vapeur, parfois traduite par futur à vapeur, est un terme inventé pour qualifier un genre de la littérature de science-fiction né à la fin du XXe siècle, dont l'action se déroule dans l'atmosphère de la société industrielle du XIXe siècle. Le terme fait référence à l'utilisation massive des machines à vapeur au début de la révolution industrielle puis à l'époque victorienne."

 

Bohème est en fait un mini-cycle constitué de deux tomes d'environ 150 pages,
 
Les Rives d’Antipolie et Revolutsyia. L'action se situe dans un monde post apocalyptique et la planète est envahie par une sorte d'océan acide, l'écryme. Vu comme ça, ça semble plutôt prometteur. Le premier tome sert à camper l'histoire et les personnages sur une terre totalement remaniée. Le problème, c'est qu'à changer les noms des continents, des objets, des métiers et des armées on fini par être complètement paumé! Le tome 1 qui sert d'introduction pour nous plonger dans un cycle de dix volumes je peux comprendre mais je n'en vois pas l'utilité quand il est suivi de 150 pages de pseudo action. Pourquoi garder les noms de Pragues et Moscou et changer tout le reste de notre géographie connue? Pourquoi les protagonistes ont-ils tous des noms à coucher dehors? Au demeurant l'ambiance n'est pas mal mais pour moi ça ressemble plus à une BD ou au scénario d'un film d'animation. L'auteur a essayé de construire un monde totalement différend du notre en 300 pages mais il n'y est pas parvenu. La seule chose qu'il réussisse à faire c'est de nous semer sur les chemins ennuyeux de sa création.