Couverture Le Glamour

 


Quatrième de couverture

Victime d'un attentat à la voiture piégée, Richard Grey, cameraman professionnel, se remet peu à peu dans une clinique où il est gardé au secret par le gouvernement britannique. C'est là que son ancienne petite amie, Susan Kewley, une artiste, finit par le retrouver. Mais Grey n’a plus aucun souvenir d’elle, elle pourrait aussi bien n’avoir jamais existé. Peu à peu, la mémoire va lui revenir et, avec elle, l’évocation d’un don étrange que Sue posséderait : le glamour, la faculté de se rendre invisible.

 

Ma note @@

 

Mon avis

J'ai beau coup aimé la couverture et je pense que c'est ce que j'ai préféré dans le livre!

Le début est pourtant prométeur. Richard Grey étant devenu amnésique, c'est à ses côtés que nous recouvrons sa mémoire. Avec lui, nous nous rappelons ses amours, sa vie d'avant. La partie qui se déroule dans l'hôpital est vraiment très bien ficelée.

Puis, dans ses souvenirs, Richard se souvient d'un voyage en France et, pour être honnête, c'est là que ça commence à se gâter. Cerise sur la gâteau, la traduction est truffée de fautes, ce qui rend la lecture particulièrement désagréable (j'ai quand même relevé plus de 100 fautes d'accords et de grammaire!).

Enfin, Richard sort de l'hôpital et on entre dans un immense n'importe quoi!

Par rapport au début, c'est mal écrit, bâcle. L'histoire est abracadabrante et n'en finit pas. Un livre fantastique est sensé nous faire croire à l'improbale or là, ce n'est vraiment pas le cas. Quant à la fin, soit l'auteur n'avait plus d'encre, soit il n'avait plus d'idées mais elle tombe comme un cheveu sur la soupe!

Quelle idée d'avoir lu ce livre après aavoir si peu aprécier le Monde Inverti du même auteur?

La curiosité (qui pour le coup est un vilain défaut) et l'envie de ne pas rester  sur l'échec d'une mauvaise impression avec cet auteur. La moralité, c'est qu'il m'étonnerait beaucoup que j'en lise un troisième!