Couverture Sérum, saison 1, tome 1

Quatrième de couverture

1773 : MESMER INVENTE L’HYPNOSE
1886 : FREUD INVENTE LA PSYCHANALYSE
2012 : DRAKEN INVENTE LE SÉRUM

Une injection.
Sept minutes pour accéder au subconscient d’Emily Scott.
Un carnet pour décrypter ses visions fantasmagoriques.
Quelques jours pour empêcher le pire.

Mais quand les morts suspectes se multiplient, le NYPD se pose une question : Arthur Draken est-il un psychiatre de génie ou un dangereux criminel ?

 

Ma note @@@@@

 

Mon avis

Ce genre de livre devrait être interdit!

Le principe est très simple et reprend le bon vieux système des romans feuilletons que l'on trouvait dans les journaux d'antan. Chaque mois un nouvel épisode. Celui-ci est le premier et sert donc à ancrer les personnages et l'intrigue. En terminant ma lecture j'avais en tête les paroles des Aventures de Gérard Lambert de Renaud :

"Ça y est, j'ai planté le décor,
Créé l'climat de ma chanson,
Ça sent la peur, ça pue la mort,
J'aime bien c't'ambiance pas vous ? Ah bon !"

Au cinéma on appelle ça un teaser. Cette fameuse bande annonce qui sert à nous titiller pour nous donner envie de voir le reste.

Dans ce premier tome nous faisons connaissance des principaux protagonistes (mais peu-être y en aura-t-il d'autres par la suite?).

Commençons par Lola Gallagher, inspectrice de choc qui se fie plus à ses intuitions qu'au règlement et ses acolytes, Velasquez , un petit bleu, et Detroit, un as de l'informatique. Lola a un frère, Chris et un fils de 11 ans, Adam, qu'elle élève seule. Le meilleur ami de Lola est un psychiatre de renom, Arthur Draken.

Nous mettons également un pied dans l'intrigue. Une jeune femme terrorisée et poursuivie se fait tirer une balle en pleine tête. A son réveil elle est amnésique. Lola et ses amis vont mener l'enquête et essayer de lui faire recouvrer la mémoire. Et c'est à ce moment là que... La suite au prochain numéro!

C'est très bien écrit, le style est vif et sans temps mort. Chaque détail est une pièce du puzzle qui servira plus tard. Ce livre ne fait que 192 pages et du coup je l'ai boulotté dans l'après-midi. C'est addictif et je n'ai qu'une envie, lire la suite! Mais en bonne fifille raisonnable je vais espacer chaque lecture d'au moins un ou deux livres pour éviter de me retrouver en manque avant le mois de septembre!

Autre chose non négligeable, pour une fois l'édition éléctronique est moins chère que la version papier.

14/08/2012

 

cri