Couverture Soie

Quatrième de couverture

Vers 1860, pour sauver les élevages de vers à soie contaminés par une épidémie, Hervé Joncour entreprend quatre expéditions au Japon pour acheter des oeufs sains.
Entre les monts du Vivarais et le Japon, c'est le choc de deux mondes, une histoire d'amour et de guerre, une alchimie merveilleuse qui tisse le roman de fils impalpables. Des voyages longs et dangereux, des amours impossibles qui se poursuivent sans jamais avoir commencé, des personnages de désirs et de passions, le velours d'une voix, la sacralisation d'un tissu magnifique et sensuel, et la lenteur, la lenteur des saisons et du temps immuable.

 

Ma note @@@@@

 

Mon avis


Il est des lectures qui vous marquent à tout jamais, qui nous offrent, pour reprendre une pub, quelques grammes de finesse dans ce monde de brute. Soie n'est pas un livre que l'on dévore. On déguste chaque mot de ce court conte philosophique. Le temps est suspendu. Tout y  est calme est beau. Dans le lointain on entend des échos de Madame Butterfly. Alors on se love dans les mots comme comme une étole de soie. La fin est sublime et inattendue. L'amour et le don se soit à leur paroxysme. C'est beau, c'est triste, c'est léger. C'est de cette tristesse, de cette résignation que va naître la plus belle preuve d'amour.

A lire, lire et relire encore.